Agnès Langevine: «La Région Languedoc-Roussillon Midi-Pyrénées, une opportunité pour les Pyrénées-Orientales»

Agnès LangevineAgnès Langevine est la 3e vice-présidente de la Région en charge de la Transition écologique et énergétique, de la Biodiversité, de l’Économie circulaire et des Déchets. Un périmètre « large mais qui reste cohérent», selon la nouvelle élue régionale aux attaches catalanes qui répond aux questions d’ Estelle Devic dans l’édition de l’Indépendant de ce jour

Qu’est-ce que l’économie circulaire et quelles en sont les applications dans les P.-O. ?

Le principe est de réduire le prélèvement des ressources naturelles dans le processus industriel comme, par exemple, la valorisation des déchets. C’est un axe que je souhaite développer dans les Pyrénées-Orientales. La Région lancera un appel à projets. Des entreprises fonctionnent déjà ici sur ce principe, comme la start-up Eco-tech céram qui propose une solution pour stocker de la chaleur dans des briques réfractaires en céramique produites à partir de déchets du bâtiment. C’est une piste pour développer des emplois locaux. L’économie circulaire s’articule bien avec la compétence des déchets.

Comment appréhendez-vous ce dossier des déchets?

Nous avons un plan régional de prévention et de gestion des déchets à voter, dans l’absolu, en février 2017. Mais je ne sais pas si nous tiendrons les délais. Nous tenons à organiser une très large concertation sur ce sujet. J’ai rendez-vous avec le Sydetom 66. L’idée première, c’est bien de changer le statut du déchet et de se recentrer sur la revalorisation. Là encore, des appels à projets seront lancés par la Région.

Carole Delga a demandé à l’État d’accélérer la mise à deux fois trois voies de l’A9 entre Le Boulou et l’Espagne. Qu’en pensez-vous?

Forcément, ce n’est pas la solution que nous, les écologistes, aurions privilégiée et le passage d’autant de camions sur cette autoroute reste un problème. Nous militons pour l’augmentation de la capacité du ferroutage, ce qui ne peut passer que par la mixité de la LGV (Ligne à grande vitesse).

Quel est votre avis au sujet du tracé en Roussillon du futur TGV Montpellier-Perpignan?

La proposition de tracé est validée, ce qui est une bonne chose dans le sens où l’enquête publique va être ouverte. Les écologistes vont se mobiliser pour la mixité de la ligne.

La Région s’est engagée pour le maintien du Train jaune dans la convention TER. Quelles seront les prochaines étapes?

C’est une grande satisfaction que le Train jaune reste un service public, c’était d’ailleurs un des termes de l’accord de majorité. Maintenant, les assises du rail prévues en mai-juin permettront d’entrer dans le vif du sujet.

Au sujet de la montagne, quel regard portez-vous sur le projet de fusion des stations catalanes?

La Région n’a pas été officiellement saisie du projet, mais je l’ai regardé de près. L’étude économique est assez faible et évacue les contraintes écologiques. Elle ne prend pas en compte les conséquences du réchauffement climatique sur l’enneigement et va à l’encontre de la charte du parc. Tel quel, le projet ne se fera jamais. L’économie de la montagne doit désormais s’inscrire dans le tourisme des quatre saisons. La Région va mettre en place le Parlement de la montagne pour travailler en ce sens.

Le pôle de compétitivité Derbi est cité en modèle par la présidente de Région. Quel rôle peut-il jouer ?

L’objectif est de faire de la région la première en France à énergie positive. On ne part pas de rien et Derbi est un levier majeur pour fédérer les entreprises autour d’un d’objectif commun: faire en sorte que les retombées économiques soient locales. Pour le photovoltaïque dans ce cas précis, mais également pour toutes les formes d’énergie renouvelables.

Comme l’éolien. Quelle est votre position sur l’éco-parc catalan ?

EELV avait émis un avis positif dans le cadre de l’enquête publique même si nous aurions préféré qu’une concertation générale ait lieu en amont. L’éolien, c’est un état d’esprit et il faut absolument travailler sur l’acceptabilité des projets. Les citoyens doivent être impliqués.

Les P.-O. ne risquent-ils pas d’être les oubliés de la région?

Ce sentiment d’abandon n’a pas lieu d’être. La nouvelle Région, c’est une opportunité pour le département: son repositionnement. Carole Delga a intégré quels étaient ses atouts et sa richesse et l’économie de la région sera au service de la population des P.-O. Notamment pour aider à la création d’emplois et lutter ainsi contre l’enracinement du Front national.

Share On Facebook
Share On Twitter
Share On Google Plus
Share On Linkedin
Share On Pinterest
Contact us